Festival

Antoine Pecqueur ou la joie de programmer

Du 20 au 26 juillet

Cordes sur Ciel
Cordes sur Ciel

Recommander
Partager

Dans une double dynamique, ancrage territorial et ouverture au monde, Antoine Pecqueur renouvelle l’identité du festival Musique sur Ciel.

Nouveau directeur artistique, quelles sont vos ambitions pour le festival ?
Ce festival a une histoire passionnante qui a traversé tous les champs musicaux. Fondé par les pionniers de la révolution baroque, comme Jordi Savall ou William Christie, il s’est ensuite consacré à la musique de chambre avec très rapidement une connotation de musique contemporaine avec la venue de compositeurs aussi importants que Henri Dutilleux ou György Kurtag. Ma volonté est de faire la synthèse de cet héritage historique, puis de développer une touche propre qui veut accentuer le côté local ancré en Occitanie avec des interprètes de la région. Cette année nous programmons les musiciens de l’Orchestre du Capitole et l’orchestre baroque Les Passions de Montauban, enfin le pianiste toulousain, Bertrand Chamayou, est l’artiste associé. A côté de cet ancrage territorial, j’ai voulu une dimension internationale forte avec un pays mis à l’honneur chaque année de façon à ouvrir les festival à l’heure où certains veulent fermer les frontières. Aussi j’ouvre la porte aux autres arts, aux expositions, au cinéma, à la nourriture avec Bertrand Chamayou comme chef cuisinier pour que la fête soit plus belle. C’est une joie de programmer Musique sur ciel !

Ainsi l’Allemagne est le pays invité 2019…
Exactement. Le festival propose trois concerts par jour : à midi un rendez-vous autour de Bach, à 18h autour de Beethoven et le soir, par exemple, une grande soirée de lieders avec des musiques de Brahms, de Schumann, des grands romantiques allemands, mais aussi un spectacle autour de Wagner où nous donnons la tétralogie en une heure !, ou encore un concert de baroque allemand. Enfin la compositrice associée cette année est l’allemande Birke Bertelsmeier, dont une pièce sera donnée en création mondiale.

La parité est également une volonté affirmée de la programmation…
Il faut le dire, on n’a pas été bon dans la culture de ce point de vue. Nous avons un retard à rattraper. Il est très important pour moi de penser à cette parité quand je programme et même d’être volontaire. C’est la raison pour laquelle j’invite une compositrice chaque année.

Vous êtes musicien mais aussi journaliste, les mots ont donc de l’importance pour vous, aussi quel serait le maître-mot de cette édition ?
Avant de monter sur scène tous les musiciens allemands pour se souhaiter bon courage se disent « Viel Spass » ce qui signifie : beaucoup de plaisir. C’est le maître-mot que je souhaite à tous les festivaliers, publics et interprètes, pour cette édition du festival.

Propos recueillis par André Lacambra

Photo : Josse

Site web : http://www.festivalmusiquesurciel.com/

Publié par Rédaction de Ramdam


Cordes sur Ciel , Cordes sur Ciel

Eglise St Michel, La Halle, le Théâtre du Colombier, et bien d'autres endroits
81170 Cordes sur Ciel

Tél : 05 63 56 00 75