Festival

Supernova en 3 dossiers

Du 9 au 27 novembre

Toulouse
Théâtre Sorano

Recommander
Partager

C’est un des rendez-vous théâtraux incontournables de la fin d’année : le festival de la jeune création porté par le Sorano revient pour une sixième édition, allongée et étoffée, pour compenser l’annulation de la cinquième. Au programme, 12 spectacles, 5 maquettes (œuvres en chantier) et 1 carte blanche (Simon-Élie Galibert). Pour faire le tri dans ces pépites, voici, en bref, ce qui inspire la jeune garde du théâtre contemporain – spoiler : un peu la même chose que les vieux.

Les marges
Des corps vieillis qu’on oublie dans des maisons de retraites aseptisées (Home), aux bas-fonds stéréotypés des clubs de striptease (Strip/Au risque d’aimer ça), les créateurs et les créatrices interrogent les marges et bousculent les normes. Poussé à l’extrême, ça donne du « Beckett au pays de John Wayne » (Cowboys), ou cinq cowboys branlants attendant la fin d’un monde absurde.

Voyages, voyages
Les voyages forment… et inspirent la jeunesse, qui y voit l’occasion de raconter le monde autant que ses humains. Il est, forcément, initiatique, pour dresser le portrait d’une « jeunesse dispersée entre l’Europe, la Méditerranée et Buenos Aires » (Les Étrangers). Il emprunte des routes légendaires et croise celles de l’histoire littéraire (L’alcool et la nostalgie). Il est aussi, chaque fois, comme un retour aux sources, au prétexte de chercher ce qu’on l’on a perdu.

Faits divers
Bien sûr, il y a les polars qu’on invente, ceux qui commencent par un cadavre sur une bouche d’égout et s’étirent dans une enquête haletante (Smog). Mais les meilleures histoires restent les histoires vraies – c’est pour ça qu’on regarde Faites entrer l’accusé. Pour ça, le Gang des postiches, célèbres braqueurs des années 1980 (Le Gang, une histoire de considération), ou Jérôme Laronze, éleveur mort en cavale après avoir refusé de tuer une partie de son cheptel (Neuf mouvements pour une cavale), sont de parfaits clients. Si, en plus, c’est pour explorer l’âme et l’injustice humaines, le cocktail est gagnant. Sarah Jourdren

Site web : http://www.theatre-sorano.fr

Publié par Rédaction de Ramdam


Théâtre Sorano, Toulouse

Théâtre

35 allée Jules Guesde
31000 Toulouse

http://theatre-sorano.fr/