Festival

L'artothèque idéale de Miossec

Du 4 au 5 février

Recommander
Partager

Auteur-compositeur-interprète explorant un univers très personnel entre chanson, folk et rock, Miossec occupe une place de premier plan dans le paysage musical français. Organisée pour célébrer les 25 ans de son inaltérable premier album, Boire , la tournée Boire, Ecrire, S’enfuir le conduit les 4 et 5 février à Toulouse, au Théâtre Sorano – deux concerts accueillis avec le festival Détours de chant et annoncés sous réserve, pandémie oblige… A cette occasion, Miossec nous ouvre grand son panthéon artistique, original et éclectique.

Littérature

Georges Perros, Papiers Collés
Georges Perros se trouve au cœur de mon panthéon littéraire. Je me suis presque fait une mission d’amener à découvrir son œuvre. J’en parle dans mes interviews depuis 25 ans, j’offre aussi régulièrement ses livres autour de moi. Nous sommes plusieurs à militer en ce sens, à souffler sur les braises de son œuvre – dont l’intégralité a été rééditée en un volume, dans la collection Quatro, par Gallimard en 2017. Aujourd’hui, j’ai l’impression que son lectorat s’est étendu, contrairement à d’autres écrivains de la même période, et je m’en réjouis. Perros a vraiment eu un impact révélateur sur ma pratique de lecteur. Je l’ai découvert avant d’avoir 30 ans et, par la suite, j’ai pratiquement arrêté de lire des romans. Je ressens le besoin d’aller à l’essentiel sans passer par le détour de la fiction. Ses livres font partie de ceux que l’on peut relire tout le temps, qui vous accompagnent tout au long de la vie. On y puise toujours quelque chose. L’ensemble des Papiers Collés (trois recueils d’écrits épars, NDR) constitue une forme de Bible pour moi.

Hubert Selby Jr., Le Démon
J’ai lu Le Démon pour la première fois il y a longtemps, à la fin de l’adolescence, dans l’édition Speed 17 (éphémère collection littéraire créée par les Humanoïdes Associés à la fin des années 1970 et devenue culte, NDLR). J’étais fan de cette collection, qui a publié divers grands auteurs américains modernes, notamment Hubert Selby, Charles Bukowski et Hunter S. Thompson. Le Démon est un roman d’une très grande force réaliste, sans aucun misérabilisme. En lisant le livre, j’avais l’impression de voir le monde tel qu’il était. Ce qui est décrit dans le livre m’apparaissait très proche de la réalité que je pouvais observer à Brest. J’aime vraiment beaucoup tout Selby. Je le suis même dans le côté mystique un peu délirant vers lequel il est allé à la fin de sa vie. De manière générale, quand j’aime un écrivain, je m’attache toujours à creuser toute son œuvre, y compris les recoins les plus louches (sourire). Même si tout n’est pas bon, tout m’intéresse.

Musique

Nick Drake, Intégrale
Jouant un folk intimiste, très délicat, Nick Drake (mort à 26 ans en 1974, NDLR) est un songwriter unique. Personnellement, je l’ai découvert au tout début des années 1990 grâce au coffret vinyle Fruit Tree (sorti en 1979 puis réédité en 1987, NDLR), qui comprend ses trois albums studio + un disque bonus. Aujourd’hui il est souvent cité en référence mais à l’époque il était encore peu (re)connu, en tout cas en France. Il m’a fait un peu le même effet que George Perros en littérature. Après l’avoir écouté, mon rapport au rock a changé – et, par extension, mon rapport au monde également. Le son très dépouillé de Boire, mon premier album, lui doit beaucoup. Il ne m’a pas forcément influencé au niveau de l’écriture mais sa douceur m’a aidé à assumer la mienne. Je n’ai pas de préférence pour un disque en particulier, j’aime tout ce qu’il a pu enregistrer.

Legs McNeil et Gillian McCain, Please Kill Me
Please Kill Me est un recueil d’entretiens sur l’histoire du punk américain (publié en français chez Allia, NDLR). C’est un livre passionnant, de plus de 600 pages, fruit d’un énorme travail de la part de ses deux auteurs, Legs McNeil et Gillian McCain. Une véritable somme et un modèle du genre. Je suis très friand de livres sur le rock et Allia en a un catalogue remarquable.

Colin Newman, A-Z
Membre du groupe post-punk Wire, le musicien anglais Colin Newman a entamé son parcours solo en 1980 avec A-Z. Je tiens cet album en haute estime, je le trouve follement inspiré. A mes yeux, c’est le meilleur album de Wire. Je l’ai offert à pas mal de gens et, malheureusement, j’ai pu constater que tout le monde ne partage pas mon enthousiasme (rires).

Alain Bashung, Play Blessures
Cosigné avec Serge Gainsbourg et Boris Bergman, Play Blessures est maintenant considéré comme un des classiques de Bashung. C’est un album assez dingue. A sa sortie, en 1982, il a pourtant été plutôt mal reçu : trop froid, trop sombre, trop différent de Vertige de l’amour

Cinéma

Mikhaïl Kalatozov, Soy Cuba
Soy Cuba a été réalisé au début des années 1960 par le cinéaste russe Mikhaïl Kalatozov (rendu célèbre par Quand passent les cigognes, Palme d’or au Festival de Cannes en 1958, NDLR) afin de glorifier le nouveau régime communiste de Fidel Castro. Le résultat a déplu autant au pouvoir cubain qu’aux autorités soviétiques… C’est un film-fleuve, près de 2h30, d’une invention formelle incroyable, avec des plans-séquences fantastiques. Après être longtemps tombé dans l’oubli, il a été restauré et redécouvert dans les années 1990 et 2000, notamment grâce à Martin Scorsese, l’un de ses grands admirateurs.

Jean Vigo, L’Atalante
L’Atalante est un de mes films fétiches. Sa poésie teintée de merveilleux me plaît énormément. Je le revois régulièrement, il fait vraiment partie de ma vie. J’aime bien aussi vérifier que le charme opère toujours, qu’il traverse bien l’épreuve du temps. Tant d’œuvres sont emportées par les années…

Arts plastiques

Sophie Calle
J’apprécie beaucoup sa liberté de ton, son humour et sa capacité à pouvoir toucher tout le monde, même des personnes peu ou pas familières avec l’art contemporain.

Propos recueillis par Jérôme Provençal

Photo : Richard Dumas

Site web : https://www.detoursdechant.com

Publié par Rédaction de Ramdam


Théâtre Sorano,