Musique

LA RUE KETANOU + 1ère partie

Vendredi 10 juin
21h

Montauban
le rio grande

22€ en pré vente et 26€ sur place

Recommander
Partager

LA RUE KETANOU
"C’est pas nous qui sommes à la rue, c’est la Rue Kétanou"
Ils sont des centaines, des milliers aux concerts de La Rue Ketanou. Des centaines, des milliers, des fidèles, des avertis, des curieux, des convertis. Toujours disponibles pour les retrouvailles. Toujours prêts à marcher dans les refrains et les vers émancipés. Et tout est là, dans cette histoire que raconte ce groupe et le public, dans ce partage complice qui continue de jouer les prolongations depuis plus de deux décennies. Un groupe reconnu et respecté pour son esthétique et sa probité́. Liberté́ de ton. Liberté́ d’inspiration. Liberté́ de temps aussi. Six ans de silence discographique depuis le dernier signal Allons voir. Mais on ne lâche jamais une cordée chez La Rue Ketanou, on s’y attache. Parfois,
on la détend juste dans le but de satisfaire d’autres élans, d’ouvrir d’autres portes, d’expérimenter d’autres transmissions. Ils sont comme ça, ces garçons-là, fantasques, aventureux, à multiples détentes. On aura donc vu Florent Vintrignier monter la Green Box, projet mêlant les poèmes de Victor Hugo et la folk des grand espaces, et s’avérer un solide allié dans le bel envol de la chanteuse franco-suédoise Eskelina (Prix Moustaki 2016). L’hyperactif Mourad Musset aura, pour sa part, ajouté un chapitre supplémentaire à Mon Côté Punk, gagné les rangs des forces vives du Collectif 13, rayonné dans le sensible film de Fabienne Godet (Nos vies formidables) et foulé les planches dans une pièce de Lazare (Sombre rivière). Piece dans laquelle il a retrouvé́ son comparse Olivier Leite, également à l’affiche d’une autre œuvre du même auteur-metteur en scène (Je m’appelle Ismaël). Et puis il y a eu des divines surprises comme cette poignée de concerts en 2018 pour célébrer l’anniversaire des 20 ans ainsi qu’une adoption. La famille s’agrandit. La Rue Ketanou n’est plus trio mais quatuor. Le nouvel enfant du désordre s’appelle Pierre Luquet, et lui aussi a fricoté avec le Théâtre du Fil, point de connexion faut-il le rappeler des trois funambules d’origine. Appelé́ sur une date d’été́ pour suppléer un Florent Vintrignier - diminué par une tendinite à la main - sur les morceaux à tempo rapide, il n’a finalement jamais plié bagages.

Site web : http://www.rio-grande.fr/

Publié par Rio Grande


le rio grande, Montauban

3 rue Ferdinand Buisson
82000 Montauban