Théâtre

Un mois à la campagne

Du 9 au 10 février

Recommander
Partager

Pour Natalia Petrovna ce mois à la campagne, tous les étés, se conjugue avec ennui et mélancolie.

Pourtant cette année l’arrivée d’un nouveau précepteur du jeune Kolia va venir perturber le déroulé morne de ce temps suspendu. Venu de Moscou, le jeune homme, inconscient de son charme, va provoquer des remous de désirs dans ce monde aristocratique en déclin. Bien sûr on pense à Théorème de Pasolini, avec l’irruption de Terence Stamp dans la famille d’un grand industriel milanais, d’autant que le metteur en scène, Clément Hervieu-Léger, revendique une filiation avec le cinéma italien des années 70. Il est donc permis de se représenter Natalia, grande bourgeoise russe, comme la Silvana Mangano de Violence et Passion de Visconti qui porterait en elle un peu de l’âme de Lioubov de La Cerisaie.

Tant il est vrai que Tourgueniev ouvre le chemin tchekovien. Le metteur en scène est familier des deux dramaturges comme la scène d’Albi est fidèle à ses propositions théâtrales. On se souvient d’y avoir vu et aimé Monsieur de Pourceaugnac de Molière et Lully, Le Pays lointain de Jean-Luc Lagarce ou encore Une des dernières soirées de Carnaval de Goldoni. Hervieu-Léger orchestre la fièvre des sentiments dans la torpeur de l’été russe avec beaucoup de subtilité et de finesse aidé par une troupe de comédiens exceptionnels dont on veut citer quelques noms : Clémence Boué, Daniel San Pedro, le génial Stéphane Facco, Juliette Léger, Guillaume Ravoire entre autres. AL

9 et 10 février, Scène Nationale, Albi

Publié par Rédaction de Ramdam


Scène Nationale d'Albi,